Acheter un bien immobilier : comment négocier le prix final ?

Publié le : 16 janvier 202422 mins de lecture

Négocier le prix d’achat de votre maison peut être éprouvant pour les nerfs. Quand est-ce approprié et comment devez-vous le faire ? Ne laissez aucune gêne potentielle vous décourager : il est normal de négocier le meilleur prix pour la maison. La réalité quotidienne dans l’environnement est que de nombreuses négociations ont lieu et que de nombreuses propriétés sont vendues en dessous du prix demandé.

Cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas de règles ou que vous pouvez commencer à penser à acheter la maison de vos rêves à un prix irréaliste. Mais, avec un peu de savoir-faire, vous pourriez très bien obtenir la maison que vous souhaitez à un prix plus raisonnable que celui initialement demandé.

Comment négocier le prix d’une maison : 5 conseils avisés

Négocier le prix d'un bien immobilier : 5 conseils avisésIl est généralement bon de viser une remise de 7/8% sur le prix demandé. Demander une remise excessive peut conduire le vendeur à une fermeture contre-productive.

Aussi, par exemple, 8 % de 250 000 euros, c’est 20 000 euros, une coquette somme qui peut être réinvestie dans l’ameublement ou simplement épargnée pour d’autres dépenses (comme les frais d’achat d’un premier logement ). Gardez donc à l’esprit que même quelques points de pourcentage, sur des sommes aussi importantes, font une grande différence.

Comment négocier le prix d’une maison : faire des recherches sur l’état du marché de l’immobilier

Recourir à des généralisations sur l’état actuel du marché du logement ne vous mènera pas très loin dans les négociations de vente de maisons individuelles. Faites donc toujours une recherche approfondie des prix des maisons dans la région que vous envisagez, en accordant une attention particulière aux propriétés récemment vendues qui sont similaires à celle que vous souhaitez.

Comment négocier le prix d’une maison : évaluer la marge de négociation

Une négociation approfondie est particulièrement probable si la propriété est sur le marché depuis un certain temps ou si le vendeur souhaite déménager bientôt. Cela dépend également du type de bien convoité. Demandez-vous pourquoi les propriétaires vendent : s’ils n’ont pas besoin de se débarrasser de la propriété de sitôt, il est peu probable que vous ayez beaucoup de marge de négociation. Si, d’un autre côté, ils réduisent leurs effectifs parce qu’ils ont des difficultés financières ou qu’ils déménagent hors de la ville, c’est le moment de mettre à profit vos talents de négociateur.

Comment négocier le prix d’une maison : ne pas visiter la propriété plus de deux fois

En parlant de ne pas montrer d’intérêt excessif pour la propriété, il ne faut pas la visiter plus de deux fois. Pour avoir une vue complète de l’appartement et découvrir d’éventuels problèmes, il n’est pas nécessaire de demander plus de deux rendez-vous, s’ils sont utilisés correctement. En particulier, avant de rencontrer le vendeur, vous devez écrire quelques questions générales sur la propriété et son propriétaire précédent, afin de commencer à avoir une image complète de la situation. Au cours de la visite, toutes les questions et toutes les bizarreries qui devraient être découvertes doivent être signalées et toutes les questions qui peuvent être pertinentes pour l’évaluation doivent être posées, sans hésitation. La deuxième visite est utile pour un deuxième point de vue mais n’est pas toujours nécessaire.

Comment négocier le prix d’une maison : fixer des délais

Il a été démontré que les négociations qui se concluent le mieux sont celles qui durent le moins. Par conséquent, l’acheteur doit indiquer au vendeur un délai maximum d’acceptation de la contre-offre, au-delà duquel il renonce à l’achat. Généralement, 3 à 5 jours sont accordés pour mieux évaluer la proposition d’achat, histoire de mettre la pression mais sans excès. Une durée plus courte pourrait faire naître un sentiment d’anxiété chez le vendeur, contre-productif pour la négociation car dans la plupart des cas ce sentiment débouche sur un déni. Une durée trop longue, en revanche, donne un délai très long au vendeur qui, dans ses appréciations, pourrait ne pas juger opportun de vendre aux conditions de la contre-offre.

Comment négocier le prix d’une maison : ne pas être trop enthousiaste

Résistez à la tentation de sauter de joie dès que vous franchissez la porte. Jouez fort ou le vendeur (et son agent immobilier) supposera que vous êtes prêt à payer plus. Bien que vous n’ayez pas à être dédaigneux ou grossier à propos d’une propriété, essayez de vous abstenir d’être trop enthousiaste. S’il y a un inconvénient évident à la propriété (ce qui ne vous pose pas de problème), comme une petite cuisine ou une salle de bain très vétuste, n’ayez pas peur de le signaler, avec tact, et suggérez que dans votre offre ce détail sera pris en compte.

Acheteurs et vendeurs ne seront guère d’accord sur le prix du bien. Dans la négociation, il est donc essentiel de ne pas être pressé. La première étape consiste à convaincre le vendeur que c’est lui qui remporte la négociation. La clé de toute négociation réussie est de s’assurer que les deux parties sont convaincues qu’elles ont conclu un accord. Il est possible de réaliser ce petit projet en n’acceptant immédiatement aucune offre, ce qui fera croire au vendeur que son prix est trop élevé. Il convient de proposer au vendeur une offre qui soit un croisement entre le prix demandé par lui et celui souhaité par l’acheteur. Cela donnera lieu à un véritable « tête à tête ».

Comment négocier le prix d’une maison : avoir un agent immobilier à ses côtés

Négocier le prix d'une maison : Avoir un agent immobilier à ses côtésEn parlant d’agents immobiliers, il y a quelques points importants à retenir à leur sujet au stade de la négociation. La première est que l’agent immobilier travaille pour le compte du vendeur, pas pour vous, alors ne lui confiez pas trop les limites supérieures de votre budget. Nous vous conseillons fortement d’engager un agent/conseiller immobilier de confiance et expert dans son domaine, notamment si vous envisagez l’achat d’un bien d’exception. Dans ce secteur en effet, les « codes » sont différents et vous n’avez peut être pas les armes pour être maître du jeu.

L’autre point, cependant, est qu’il est dans l’intérêt de l’agent immobilier de conclure l’affaire assez rapidement et d’aller de l’avant. Donc si vous convainquez l’agent immobilier que vous êtes prêt à acheter, avec le dépôt facilement accessible, l’hypothèque hypothétiquement convenue avec la banque, il sera plus enclin à proposer une bonne option au vendeur, même si votre l’offre n’est pas aussi élevée qu’ils l’espéraient. Cependant, évitez de faire des offres trop basses : cela agacera non seulement le vendeur, mais découragera l’agent immobilier qui pourrait commencer à douter de votre sérieux dans l’achat.

Quiconque doit vendre sa maison y est lié par des souvenirs sentimentaux. Il est peu probable que son évaluation soit juste. Il est également clair que le vendeur essaie de demander le maximum, ce qui peut conduire l’acheteur à renoncer au bien. Au contraire, si vous êtes du côté de l’acheteur, vous avez tendance à moins dépenser, si vous tirez trop sur la corde ce sera le vendeur qui ne poursuivra pas la négociation. D’autre part, en entendant l’avis d’un expert qui sait évaluer la maison avec toutes ses forces et ses faiblesses, l’acheteur et le vendeur auront une estimation plus précise et objective. En effet, en plus de l’année de construction, de nombreux autres paramètres seront évalués qui augmenteront ou diminueront la valeur de la propriété. Il y aura un intermédiaire entre les deux qui ne fait partie d’aucune agence, mais qui s’occupe des ventes de manière indépendante.

Comment négocier le prix d’une maison :  être libre et décomplexée

Si vous vendez votre maison avant d’acheter, préparez-vous le plus possible à acheter rapidement en faisant toutes vos recherches au préalable et en faisant pré approuver votre hypothèque, du moins en principe.

Malgré le risque, vendre avant d’acheter présente un avantage majeur : cela vous permet de vous « déchaîner », ce que les vendeurs préféreront toujours plutôt que d’avoir à attendre que vous vendiez votre maison pour que la transaction soit conclue. Si vous êtes un premier acheteur, vous avez un avantage à cet égard. Si vous n’êtes pas un primo-accédant et que vous cherchez par exemple un bien immobilier pour profiter de votre retraite, votre âge et votre expérience peuvent être des ennemis, méfiez-vous de l’excès de confiance !

À consulter aussi : A quoi être attentif quand on visite une maison que l'on veut acheter ?

Comment et quand négocier le prix de la maison que l’on veut acheter ?

Comment et quand négocier le prix de la maison que l'on veut acheter ?Si vous négociez le prix d’une maison déjà occupée, procédez avec beaucoup de prudence. En règle générale, attendez-vous à négocier environ 10% du prix demandé, mais attention à ne pas insulter le vendeur en pointant du doigt les défauts de son bien comme raison de baisser le prix.

Si, par contre, vous envisagez d’acheter une nouvelle maison, vous pouvez vous permettre d’être plus agressif dans vos négociations, car vous ne critiquerez la maison de personne. Avoir un bon œil pour les éléments structuraux et les matériaux sera utile lors de l’achat d’une nouvelle construction. Si vous pensez qu’il vous en coûtera pour remplacer le revêtement de sol à moindre coût, dites-le.

Une situation fréquemment signalée récemment est celle d’acheteurs qui cherchent à négocier simplement sur la base de « tout le monde ne baisse pas les prix à cause de Covid » ? Ce n’est pas vrai et certains vendeurs peuvent en fait trouver cette ligne de négociation intimidante, alors restez à l’écart. Trouvez plutôt de bonnes raisons solides pour lesquelles vous pensez qu’il est raisonnable de demander une remise (par exemple, vous pouvez conclure la vente avant d’autres acheteurs).

Si vous ne l’avez jamais fait auparavant, vous vous demandez peut-être comment enchérir correctement sur une maison. La réponse est : par écrit, avec autant de détails que possible et le moins de place possible pour une interprétation erronée. Il est beaucoup plus facile de cette façon d’être en mesure d’ouvrir des négociations.

Il y a des cas où vous voudrez tellement cette maison particulière qu’il vaudra la peine d’enchérir au-dessus du prix demandé. Les superbes propriétés d’époque en bon état ne se présentent pas si souvent, et si votre cœur est vraiment déterminé, vous ne devriez pas laisser passer cette opportunité si vos finances offrent une certaine flexibilité à la hausse. Vous avez également l’option des maisons préfabriquées qui offrent de belles opportunités de prix et de négociations.

Néanmoins, soyez prudent : toute contre-offre doit être faite par ordre décroissant, afin que le vendeur sache qu’il y a une limite au montant que vous êtes prêt à dépenser (et à la durée pendant laquelle vous êtes prêt à négocier).

Pour plus d'informations : Location : quels frais d'agence immobilière ?

Comment négocier le prix d’une maison : quelques cas de figure possibles

Négocier le prix d'une maison si le prix ​​trop cher pour la tendance du marchéComment négocier le prix d’une maison si le prix ​​trop cher pour la tendance du marché

Lorsque vous décidez de vendre votre maison, vous devez veiller à ce que le prix proposé soit cohérent avec le prix actuel du marché immobilier .

Donc si la maison est trop chère, elle ne sera guère vendue ! Mais comment savoir si un bien est vendu trop cher ?

Il est nécessaire de réaliser des analyses relatives aux expertises immobilières sur différents sites d’annonces afin de vérifier le prix du marché et un des conseils que l’on peut vous donner est de proposer au vendeur, au moment de la négociation, des annonces de logements similaires.

L’erreur la plus courante dans la plupart des annonces trouvées sur les portails est la méconnaissance de la valeur réelle de la propriété, car des évaluations précises ne sont pas effectuées car elles sont très souvent influencées par les intérêts de ceux qui effectuent l’évaluation de la propriété.

Dans les annonces privées, de nombreux propriétaires surestiment leur maison parce qu’ils y sont émotionnellement attachés.

Comment négocier le prix d’une maison si la propriété est à vendre depuis plus de 3 mois

Lorsque vous voyez l’annonce de la maison qui vous plaît depuis plus de trois mois, c’est l’une des raisons qui identifie que les conditions sont réunies pour pouvoir négocier le prix demandé. Dans ce cas, un prix inférieur de 10% à celui demandé par le propriétaire  pourra être proposé . Cette situation est l’un des signaux les plus importants si vous souhaitez négocier le prix, en tant que symptôme d’éléments qui ne permettent pas la vente, à la suite d’une crise du marché immobilier ou même en raison de défauts dans la maison qui ont considérablement baisser le prix.

Négocier le prix d’une maison qui est à vendre depuis plus de 3 mois peut offrir des opportunités, car le vendeur pourrait être plus enclin à accepter une offre réduite. Identifiez les raisons de la longue mise en vente : demandez à l’agent immobilier ou au vendeur les raisons pour lesquelles la propriété est restée sur le marché pendant une période prolongée. Cela peut vous donner des indices sur la flexibilité du vendeur.

Négocier le prix d'une maison si le bien a des défauts évidentsComment négocier le prix d’une maison si le bien a des défauts évidents

Si vous remarquez déjà dès l’annonce que certains éléments présentent des défauts, c’est l’une des bonnes situations pour l’acheteur si vous souhaitez proposer un prix inférieur à celui demandé par les propriétaires.

Voici quelques exemples que vous pourriez remarquer :

  • Luminosité de la maison : c’est l’un des motifs que l’on recherche habituellement dans une maison, donc si elle parait déjà sombre d’après les photographies de l’annonce ou lors de la visite vous vous rendez compte qu’elle n’est pas extrêmement lumineuse, son prix peut baisser de 5 à 10 %.
  • L’étage de la maison : si l’appartement que vous avez vu est situé aux étages supérieurs, assurez-vous qu’il y a un ascenseur, sinon le prix peut diminuer de 5% par rapport au prix demandé.
  • Travaux de restructuration : si des actions de restructuration sont envisagées, il est supposé que le prix baissera en fonction de l’importance et du coût des travaux à réaliser.
  • Problèmes structurels : Des fissures dans les fondations, des poutres endommagées, ou d’autres problèmes structurels peuvent entraîner des coûts de réparation importants.
  • Problèmes d’humidité : L’humidité excessive, les infiltrations d’eau ou la moisissure peuvent indiquer des problèmes d’étanchéité ou de plomberie qui nécessitent des réparations coûteuses.
  • Systèmes défaillants : Des systèmes de chauffage, de refroidissement, de plomberie ou électriques défaillants peuvent nécessiter des mises à jour ou des réparations coûteuses.
  • Toit endommagé : Un toit en mauvais état peut entraîner des fuites et des problèmes d’isolation, nécessitant une réfection coûteuse.
  • Vieillissement des équipements : Des appareils électroménagers, une chaudière, ou une climatisation en fin de vie peuvent nécessiter leur remplacement prochainement.
  • Revêtements extérieurs endommagés : Des problèmes de bardage, de fenêtres ou de portes peuvent affecter l’efficacité énergétique et l’apparence de la maison.
  • Amiante ou plomb : La présence d’amiante ou de plomb dans la maison peut nécessiter une élimination sécurisée, ce qui peut être coûteux.
  • Travaux de rénovation inachevés : Si la maison a des rénovations inachevées ou mal exécutées, cela peut entraîner des coûts supplémentaires pour les compléter correctement.
  • Proximité de problèmes environnementaux : La proximité d’une maison à des zones sujettes aux inondations, à des déversements industriels ou à d’autres problèmes environnementaux peut affecter sa valeur.
  • Aménagement paysager négligé : Un jardin ou un aménagement paysager en mauvais état peut nécessiter des travaux pour redonner à la propriété une apparence attrayante.
  • Proximité de nuisances : La proximité de routes bruyantes, de voies ferrées, d’usines ou d’autres nuisances peut affecter la valeur de la propriété.

Il est important de noter que certains défauts peuvent être plus graves que d’autres et que leur impact sur le prix de la maison dépendra de la gravité de la situation, des coûts de réparation estimés et de la flexibilité du vendeur. Lorsque vous envisagez d’acheter une maison avec des défauts, il est essentiel d’obtenir une évaluation professionnelle pour comprendre pleinement l’étendue des problèmes et de négocier en conséquence.

Comment négocier le prix d’une maison si le bien doit être rénové

La valeur d’un appartement dépend aussi et surtout des conditions dans lesquelles il se trouve au moment de sa vente. Il est clair que, s’il a besoin de quelques travaux de rénovation, sa valeur baisse et par conséquent aussi son prix de vente. Le conseil que l’on peut vous donner est de vérifier précisément la taille des travaux à réaliser et le coût pour les réaliser. Pour cela, fiez-vous à des personnes compétentes pour demander conseil et vous saurez exactement combien vous devrez débourser si vous devez effectuer des travaux de rénovation à l’intérieur du bâtiment en question. Vous pouvez obtenir environ -10% à -20% du prix du bien , toujours en fonction des travaux de rénovation à effectuer.

Négocier le prix d’une maison qui nécessite des rénovations peut être une démarche délicate, mais avec la bonne approche, vous pouvez obtenir un prix équitable. Voici quelques conseils pour négocier efficacement le prix d’une maison à rénover :

  • Faites une évaluation des travaux : Avant de négocier, ayez une idée claire des travaux nécessaires et de leur coût approximatif. Cela vous permettra d’argumenter de manière objective lors des négociations.
  • Obtenez des devis : Si possible, demandez à des entrepreneurs de faire des devis détaillés pour les rénovations nécessaires. Cela vous fournira une estimation précise des coûts, que vous pourrez utiliser pour justifier votre offre.
  • Faites des recherches sur le marché : Renseignez-vous sur les prix des propriétés similaires dans la même région, en tenant compte de leur état actuel et de leur état après rénovation. Cela vous donnera une base solide pour votre offre.
  • Soyez prêt à marchander : Lorsque vous soumettez une offre, soyez prêt à négocier. Montrez-vous flexible et ouvert à la discussion, tout en restant ferme sur ce que vous jugez être un prix équitable.
  • Mettez en avant les travaux nécessaires : Lors de la négociation, mettez en avant les travaux à réaliser et les coûts associés. Expliquez pourquoi vous estimez que le prix doit être ajusté en conséquence.
  • Utilisez les résultats d’inspections : Si des inspections révèlent des problèmes importants que vous n’aviez pas identifiés, utilisez ces informations pour justifier une réduction du prix.
  • Faites une offre réaliste : Proposez une offre initiale qui reflète votre évaluation honnête de la valeur actuelle de la maison. Évitez de faire des offres excessivement basses, car elles pourraient être rejetées.
  • Soyez prêt à compromettre : La négociation implique souvent des compromis des deux côtés. Soyez ouvert à trouver un terrain d’entente qui satisfasse à la fois l’acheteur et le vendeur.
  • Gardez une communication ouverte : Maintenez une communication claire et respectueuse avec le vendeur ou son agent immobilier tout au long du processus de négociation.
  • Obtenez un professionnel de l’immobilier : Travailler avec un agent immobilier peut faciliter la négociation, car il a de l’expérience dans ce domaine et peut vous guider tout au long du processus.

En fin de compte, la clé pour négocier avec succès le prix d’une maison à rénover est d’être bien informé, préparé et diplomate. En montrant que vous avez fait vos devoirs et que votre offre est fondée sur des données solides, vous augmenterez vos chances de parvenir à un accord satisfaisant pour toutes les parties.

Comment se passe le restitution des frais de garantie à la fin d’un prêt immobilier ?
Acheter un appartement en résidence senior pour y habiter : le guide

Plan du site